Phoenix pour les grands (et les petits) 3

29 au 5 décembre

Mes premières vacances à Phoenix dont je me souvienne, j’avais 9 ans. C’était également mon premier voyage aux Etats-Unis. J’y découvrais les maisons géantes, les golfs verts et bien tondus, les fast food (oui, oui, le Mac Donald commençait seulement à s’implanter à Paris) et également les roller à 3 roues, les centres commerciaux gigantesques, la climatisation, les frites à la cantine de ma cousine et surtout la Nes.

Bref, ce premier voyage avait été une découverte fantastique pour moi et je me rappeler de ces impressions comme si c’était hier.

Lorsque j’ai grandis, les rollers étaient arrivés en France, je mangeais Mac Do tous les mercredis et je possédais la super Nintendo; aller à Phœnix signifiât autre chose. Cela voulait dire regarder les dernières émissions à la télé, errer de longues heures dans les centres commerciaux et éventuellement mettre le nez dehors malgré la chaleur étouffante.

Lorsque nous sommes arrivés à Phœnix, nous ne pensions donc pas faire grand chose à part voir Youri, faire les magasins et éventuellement faire un ou deux musées pour enfant.

Finalement, Youri et Internent nous ont donné plein d’idée et nous avons à peine eu le temps de continuer à remplir notre garde robe. Ce fut la découverte de l’autre face de Phoenix, celle qui propose activité régulière pour les grands et les petits.

Nous avons commencé par le match de basket. Certes le base ball est plus typique mais ni Vianney et moi ne voulions assister à un événement qui dure des heures et qui est… désolée de le dire… un peu ennuyant.

01-DSC07084

04-DSC07092 08-DSC07121

Ce fut un match important et pourtant il n’y avait aucune star. L’équipe que nous soutenions a été plus que médiocre mais les animations inter « mitemps » maintenaient l’ambiance détendue et agréable de la rencontre.

La main sur le cœur pendant l'hymne américain, important

La main sur le cœur pendant l’hymne américain, important

D'ailleurs nous avons réalisé qu'ici aussi, beaucoup d'athlètes refusent de chanter

D’ailleurs nous avons réalisé qu’ici aussi, beaucoup d’athlètes refusent de chanter

 

Explication du jeu, il faut qu'il sache crier au bon moment

Explication du jeu, il faut qu’il sache crier au bon moment

Ca y est, il est dedans

Ca y est, il est dedans

Et à la fin du match, il était même possible d’aller sur le terrain pour tenter de marquer un panier. Il y avait trop d’attente, nous ne l’avons pas tenté, nous  nous sommes contentés d’une photo devant.

09-DSC07153

Notre expérience basket ball fut super. Le terrain est petit, ce qui permet de suivre facilement le jeu. Les règles sont évidentes (pas comme au football américain par exemple) et l’ambiance est super conviviale, je pense que nous sommes loin de voir des hooligans dans le public. Même si voir des matchs de foot est toujours amusant, je dirais que le basket est encore mieux.

Cette soirée au basket fut l’occasion de découvrir quelque chose que je ne soupçonnais même pas, Phœnix a un tram! Pour la première fois de ma vie, j’ai pris les transports publics à Phœnix!

Le base ball restant le sport fétiche, nous avons joué les parfait américains (en tout cas ceux des séries télés), et nous sommes allés tentés de renvoyer les balles.

10-DSC07359

Certaines se souviendront peut être d'un photo quasi identique, il y a 6 ans

Certaines se souviendront peut être d’un photo quasi identique, il y a 6 ans

Le base ball n’est toujours pas mon sport, tout comme le tennis, le temps que je vois la balle arrivée, elle est déjà passée. Nous ne pouvons pas être bon partout. Par contre, Vianney a été plus que bon. Heureusement, que nous nous n' »excellons » pas dans les mêmes sports sinon la concurrence serait rude.

Pour Théandre, ce fut une autre paire de manche. Nous avons tous les deux tenté de lui expliquer au moins la position des jambes…

11-DSC07363 15-DSC07400

… mais ça ne doit pas être vraiment son truc, malgré que les balles soient lentes.

13-DSC07366 12-DSC07365 14-DSC07371

Il n’a que 4 ans et c’est sa première fois, laissons lui le bénéfice du doute. Au moins, ses échecs ne l’ont pas découragé car il a vraiment persévéré, avant que nous devions y aller.

Et pour terminer les activités pour les grands, il y a aussi les alentours de Phoenix (à l’échelle américaine, cela veut dire dans un périmètre de 2h de route) avec les décors de la petite maison dans la prairie et son BioCentre 2.

Pour les décors, je vous préviens tout de suite, si vous cherchez à retrouver les paysages vus dans les plus célèbres westerns, vous trouverez votre bonheur. Par contre, si vous espérez vous replonger dans le monde des Ingalls, tout à brulé il y a quelques années. Mais ça nous ne l’avons appris que sur place, après une bonne heure de route ressemblant à ça.

3-DSC07570

Si la photo n’est pas parlante, imaginez une route qui ne fait que monter et que descendre. Très désagréable. Mais le pire fut à venir.

Lorsque nous apprîmes que nous ne verrions jamais la boutique des Oleson, nous fumes déçus et en dépit du fait que nous n’avions jamais vu de western, nous étions quand même prêt à nous balader dans les fausses routes ensablées.

2-DSC07569 1-DSC07568

Le couperet tomba. Les studios ne sont ouverts que le week end et il n’y a même pas de toilettes dans la boutique de souvenir qui, elle, reste ouverte pour les imbéciles comme nous!

Déçus mais pas découragés, nous nous sommes rabattus sur la visite du Biocentre 2.

5-DSC07576

Le Biocentre 2 est un édifice entièrement construitt grâce à des dons privés. Ils ont tenté des recréer la terre en créant 7 différents « mondes »; la jungle, le désert, l’océan et d’autres que j’ai oublié.

La jungle

La jungle

L'océan

L’océan

C’est ici qu’à eu lieu un expérience unique et controversée qui avait comme but, non dissimulé, de coloniser l’espace.

Pendant 2 ans, une équipe de 8 scientifiques y ont cohabités. En espace clos, sans aucun apport d’oxygène ou d’eau, l’équipe devait tenter de survivre afin de voir si le modèle était transposable sur une autre planète du système solaire.

Le "poumon" du BioCentre.

Le « poumon » du BioCentre.

L’expérience fut un semi échec car il fallut à deux reprises remettre de l’oxygène. Ils ont réalisé que le béton absorbait l’oxygène (une fois recouvert d’un vernis spécial, l’effet s’arrêta). Les insectes pullulèrent et les plantes ne poussaient pas assez vite. C’est rajouté à cela des problèmes relationnels importants dans l’équipe.

Cependant, cette expérience permit de comprendre énormément de choses et peut être, comme dit son inspirateur, elle a eu lieu trop tôt pour réussir.

6-DSC07580

Excellente visite que je conseille sans hésitation.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

3 thoughts on “Phoenix pour les grands (et les petits)

  1. Reply michele Déc 31,2013 9 h 24 min

    Tu as fêté ton anniversaire de 1 an à Phoenix, tu avais une robe de circonstance et un superbe gâteau à l’américaine, tu n’as pas réussi à souffler ton unique bougie et franchement tu avais plein d’autres choses à faire ce jour là.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
    • Reply aude Jan 1,2014 2 h 00 min

      Maintenant que tu le dis, je me souviens des photos, avec le gateau typiquement américain!

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Reply Michele Sweerts Jan 3,2014 17 h 39 min

    La main sur le coeur pendant l’hymne national, c’est en effet tres important: il n’y a qu’a regarder l’expression de Youri! Vianney, par contre, n’a pas l’air de prendre ca trop au serieux.

    Aude, ta position au Baseball est impressionante, meme si les balles refusent de rebondir sur ton « bat ».

    Comment peut-on quitter Phoenix pour aller vivre a Bruxelles?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Leave a Reply