Les natifs américains 1

8 et 9 décembre

Santa Fé fait partie des endroits qui accueillent la jetset américaines et qu’il ne « faut pas manquer », en plus elle est sur la route 66 alors c’est une étape quasi indispensable pour ceux qui tentent la traversée mythique.

Censée être un centre d’art et de culture, nous n’avons pas pris la peine de découvrir cette face de la ville. Nous nous sommes contentés de marcher, à travers un vent glacial, dans les petites de la ville dont l’architecture espagnole est indiscutable. Ils ont construit la ville avant que les natifs américains (les Indiens en terme plus courant)ne les poussent à fuir. Encore aujourd’hui, la moitié de la ville est hispanique.

15-DSC08068

La ville est très mignonne en elle même. Tout comme un petit village de Provence, il n’y a pas grand chose à remarquer, grand chose à voir. C’est plutôt une ambiance, un cadre, un décor qui rendent agréable les petites marches dans le centre ville.

il y a une belle cathédrale, aussi

il y a une belle cathédrale, aussi

Mais le froid a été le plus fort et lorsque nous avons vu « pâtisserie française », nous nous sommes précipités dedans, pour nous réchauffer et manger quelque chose sans cannelle.

Finalement ce fut, un excellent éclair au chocolat, un bon opéra et un plus vraiment français orangina

Finalement ce fut, un excellent éclair au chocolat, un bon opéra et un plus vraiment français orangina

Pour lui, une simple crêpe au sucre lui a redonné le sourire

Pour lui, une simple crêpe au sucre lui a redonné le sourire

Malgré le propriétaire français, malgré les pâtisseries françaises, malgré que j’y ait cru, malgré tout cela, les tartes avaient quand même de la cannelle. C’est pourquoi nous nous sommes rabattus sur le chocolat.

Requinqués, nous avons continué à marcher pendant au moins 10 min. avant que notre cher fils décide de jouer sans gants dans la neige. Nous aurions pu l’arrêter mais nous voulions voir  à quel moment il allait s’arrêter. C’était une expérience.

20-DSC08085 19-DSC08081-001

 

L’expérience avait pour but de savoir si à 4 ans, notre cher fils était apte à se rendre compte seul que ses mains allaient gelées s’il continuait à prendre la neige à main nue. Le résultat fut un échec puisqu’il ne s’en rendit compte que lorsqu’il ne pu même plus bouger le bout de ses doigts et que les larmes ne pouvaient plus s’arrêter. Notre découverte de Santa Fé s’arrêta donc là.

et tous les moyens furent bon pour le réchauffer

et tous les moyens furent bon pour le réchauffer

Nous nous sommes dirigés vers Les pueblos de Taos. Les Etats Unis n’ont pas beaucoup de choses historiques. Ce n’est pas leur faute, c’est un pays jeune, mais lorsque nous avons vu que nous pouvions voir des habitations de plus de 500 ans, nous nous sommes dit que cela était quasi unique dans le pays.

Situé à côté de la petite ville de Taos, los pueblos de los taos est un ensemble d’habitation construit vers les années 1500 par les Indiens.

01-DSC08096-001 03-DSC08099

150 personne vivent là à l’année. Il n’y a ni eau courante, ni électricité, alors même si le village accueille 900 personnes en été, la grande majorité préfère vivre dans des maisons plus confortables et plus modernes dans la ville de Toas et non dans le pueblo.
Au sujet de Taos, nous avons été très agréablement surpris par cette ville qui ressemble à Santa Fé en plus jolie avec moins de monde. Un peu comme Saint Remi de Provence mais vide, parfait non?

Les habitants de Taos Pueblo sont secrets, très secrets. Ils parlent une langue non écrite dont ils ne peuvent rien nous dire, ils pratiquent des danses et des cérémonies fermées à toutes les personnes extérieures et seul les personnes du peuple peuvent chanter les « cantique ». En gros, c’est tellement secret que je pense que toutes leurs traditions ont disparues mais que ce mystère permet de maintenir un aura touristique.

La visite du site est guidée par un gentil natif américain qui nous apprend que l’église a été rebâtie 3 fois car détruite par 3 fois par les habitants. Finalement, ils se sont en partie convertis. (je viens de réaliser que je n’avais aucune photo de l’église). Nous avons également vu le cimetière où des enterrements ont encore lieu et nous sommes finalement rentrés dans ses maisons de terre. Jadis, les portes n’existaient pas, pour des raisons de sécurité. Il fallait rentrer par le toit grâce à une échelle qui restait à l’intérieur (ça ne devait pas toujours être facile). Mais la surprise vient du fait qu’il fait caillant dehors et chaud à l’intérieur.

02-DSC08098-001

Le cimetière

Le cimetière

 

Toujours pas de gant (mais il ne sort plus ses mains) mais la combinaison de ski!

Toujours pas de gant (mais il ne sort plus ses mains) mais la combinaison de ski!

06-DSC08114-001 07-DSC08119-001

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

One comment on “Les natifs américains

  1. Reply Michele Sweerts Jan 9,2014 18 h 42 min

    C’est vrai que c’est joli, Taos Pueblo!

    J’ai apprecie l’experience « Theandre – mains – neige ». Il devait etre tellement concentre dans ses jeux qu’il n’a rien senti avant qu’il ne soit trop tard. Pourquoi ne veut-il pas de gants?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Leave a Reply