Houston, we’ve had a problem 1

14 décembre

Houston, autre ville connue du Texas. L’arrêt est plus une opportunité qu’une réelle envie de découvrir la ville car ni le guide, ni les habitants du Texas, (ni même une amie, Alexandra, avec qui je discutais sur Skype au moment où j’y étais), ni personne n’avait réussi à nous vanter autre chose que l’ennui de cette ville pourtant si connue.

Nous pensions donc y faire un arrêt pour la nuit et reprendre la route pour la Louisiane. Ce fut sans compter un petit encart dans le guide faisant part du tout nouveau musée aérospatial de Houston. Nous décidons quand même d’y jeter un coup d’œil. Coup d’œil qui durera finalement 4 ou 5h

01-DSC08476

Le Space Center est tout simplement captivant. Au début, nous avions trouvé le prix d’entrée un peu cher, surtout pour Théandre (pas de tarif enfant, 30$ par personne) mais finalement ça valait le coup.

Ce Space Center n’est plus utilisé pour les grands programmes spatiaux, mais c’est de là qu’étaient partis les différentes missions Apollo dont la 13 a donné lui a un film avec Tom Hanks et la 11 a permit aux premiers hommes de marcher sur la lune.
Car oui, c’est de Houston (et non de Cap Canaveral) que la Neil Armstrong est parti pour pouvoir jouer au golf sur la lune. En France, nous disons que le premier alunissage eut lieu le 21 juillet 1969, ici ils parlent tous du 20 juillet 1969. Et oui, le décalage horaire modifie quelques dates de l’histoire.

Nous avons pu voir le fameux poste de contrôle d’où tous les ingénieurs ont paniqués, attendus, sautés de joie lors des différentes missions Apollo.

Depuis, il a été un peu modernisé, bien sur (puisque toujours utilisé)

Depuis, il a été un peu modernisé, bien sur (puisque toujours utilisé)

C’est de là qu’est parti la mission Apolo 13, mission qui s’est révélé assez horrible et qui m’oblige presque à voir le film maintenant. Lorsque la fusée à décollé, leur réserve d’oxygène a explosé d’où la phrase « Houston, we’ve had a problem here ».

09-DSC08528

Les trois astronautes qui se préparaient à marcher sur la lune vécurent près de 60h de cauchemar où ils purent tester toutes les solutions de secours de la fusée. La fusée ayant perdu de la puissance, ils allèrent quand même jusque la lune où ils profitèrent de leur mise en orbite pour prendre de l’élan et revenir sur terre. Ils arrivèrent sains et sauf au prix d’un calme étonnant. Un d’eux trois seulement eut l’opportunité de partir sur une autre mission et de fouler le sol lunaire.

Nous avons pu voir de vraies fusées (qui ne volent plus quand même) plus ou moins récentes.

Un "réacteur" de fusée

Un « réacteur » de fusée

06-DSC08505

Et je vous assure que la taille est impressionnante! Je n’ai pas de photo car nous n’avions pas assez de recul pour en prendre une en entier mais rien que pour voir une fusée en vraie, ça vaut la peine de payer.

Mais les tours et les explications ne sont pas tout. Il y a des films en 3D, des films explicatifs, des jeux interactifs avec des simulations de vols et bien entendu la reproduction de l’intérieur d’une fusée.

Les hublots

Les hublots

Les toilettes

Les toilettes

Le poste de pilotage

Le poste de pilotage

Un jeu pour les adultes et les enfants

Un jeu pour les adultes et les enfants

Et après avoir fait TOUS les jeux et tester TOUS les simulateurs, je confirme que JAMAIS je ne tenterai les voyages touristiques dans l’espace (Théandre non plus, je pense). Le bruit du décollage est assourdissant, les vibrations sont effrayantes et le confort est plus que sommaire (ça, à la limite c’est le moins grave).

Pour Vianney, son choix n’est pas bien fixe.

Au milieu de tout ça, il y avait bien entendu une énorme boutique de souvenir, une exposition sur les inventions de Léonard de Vinci et une super vitrine (non exhaustive) sur tout ce qui avait été perdu dans l’espace. Si tous les pays laissent en orbite autant de chose que les USA, je peux vous dire que l’océan de plastique n’est rien par rapport à ce qui nous tourne autour.

Nous avons finalement quittés le musée et l’état. De nouveaux paysages nous attend.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

One comment on “Houston, we’ve had a problem

  1. Reply Anne Jan 14,2014 10 h 40 min

    Trop cool vos derniers blog. Passionnant.
    On viens de voir Gravity avec Sandra Bullick et George Clooney.
    Image et effet d’apesanteur ,trucage en général fascinant . Mais comme dis Aude, j’ai vu le film plutôt un documentaire sur Appolo 13. La j’ai été scotchée , les rebondissement sont extraordinaire. Leur a tenu a la fin de toute leur épreuves a la pointe d’un Bic, sans ce dernier hit ch. aux montagnes de problèmes qu’ils ont eux ils ne seraient pas revenu. Calme, patience, intelligence ont éviter la cata. Bonne route en Louisianne. Un peu un autre monde, les lichens et marécages. Bisous Anne

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Leave a Reply